Tag Archives: Je me souviens

Aucun commentaire - Laissez un commentaire
Aucun commentaire - Laissez un commentaire
manu militari je me souviens histoire du québec

«“Ce court-métrage est un résumé partiel de l’histoire du Québec.” C’est avec ces mots, inscrits blanc sur noir, que débute le nouveau vidéoclip de Manu Militari pour sa pièce Je me souviens. […] Réalisé par Usef Nait, ce vidéoclip “n’appartient à aucun à aucun parti politique mais à tous les québécois.”»

Cette chanson est citée dans le livre Je me souviens? :

Que penser des répondants qui inscrivent leurs formules sous l’un ou l’autre registre des énoncés neutres, ironiques ou philosophiques, ou qui utilisent la devise du Québec comme phrase complète ou partie d’une expression composée ? Au total, on a vu qu’entre le tiers et la moitié des répondants francophones s’orientaient vers ces directions – davantage encore chez les anglophones et chez les jeunes «réformés» – ce qui n’est pas rien. L’analyse minutieuse des formules classables sous ces genres montre toutefois que plusieurs énoncés, bien que libellés d’une manière qui ne permette pas de les ranger dans la grande catégorie des visions malheureuses ou victimales du passé québécois, traduisent ou transportent, de près ou de loin, l’idée selon laquelle le parcours québécois fut marqué d’obstacles, d’épreuves ou de contrariétés, sinon de difficultés, d’infortunes ou de misères. Des exemples de pareilles visions ? «Je me souviendrai de la compétition française et anglaise» ; «Puisque l’histoire est écrite par les vainqueurs, on est chanceux d’en avoir une» ; «Beaucoup de misère pour une belle province» ; «Les gens ont du courage, souvien-toi» ; «Il y en aura pas de facile ! [voir note 10]»  ; etc.

Note 10. Cette expression est fameuse dans le discours social québécois. Utilisée par Claude Quenneville, descripteur des matchs des Canadiens de Montréal à la télévision de Radio-Canada, pour faire état de l’effort que devait déployer l’équipe locale afin de vaincre ses adversaires, elle a été recyclée par au moins deux chanteurs québécois récents : Manu Militari, dans sa chanson Je me souviensJ’voudrais grimper la montagne mais y’en a pas d’facile») et Lisa LeBlanc dans son tube Ma vie c’est d’la marde («le prince charmant c’t’un cave pis la princesse c’t’une grosse salope, y’en aura pas de facile»).

Pour ceux qui veulent utiliser la chanson Je me souviens en classe

Pour écouter un autre Je me souviens – Version Moskat

0 0

Dans: Je me souviens Vidéo