Tag Archives: Histoire du Québec

IMG_1145.JPG

Extrait d’un article du Devoir qui fait la promotion de la pièce de théâtre Oh Lord (3-28 novembre; supplémentaires du 1er au 5 décembre 2014).

Ce qui se passe au chalet reste au chalet ? En théorie oui, mais certainement pas pour la jeune et très brillante formation théâtrale Projet Bocal, qui a plutôt décidé de tout raconter. Et plus encore.

Le résultat invite d’ailleurs à l’exclamation avec son titre : Oh Lord. Il se prépare également à faire planer une douce dérision sur le folklore québécois et sa sacralisation, parfois à outrance, le tout sur les planches de La Licorne à Montréal, et ce, après avoir vu le jour… dans un chalet.

« C’est là qu’on a eu l’idée, lance le propriétaire de la résidence secondaire laurentienne, Simon Lacroix, composante masculine du trio formé également par Sonia Cordeau et Raphaëlle Lalande. On voulait explorer un univers plus brun avec des tonalités de musique folk que j’aime beaucoup. On voulait aussi rire des clichés que notre génération colporte en ce moment sur le passé, rire un peu de cette mouvance trad qui prétend que c’était mieux avant, sans trop savoir si c’est vrai. »

C’est le « nous » décomplexé. Le « nous » aussi décortiqué, en passant par les figures d’un folklore qui parfois occupent beaucoup de place, même si le sens n’y est plus vraiment. « Comme la plupart des souvenirs, on a tendance à magnifier le passé, dit Raphaëlle Lalande. Les Patriotes, la cabane à sucre, le joual et ses expressions pas possibles, les manteaux de fourrure… on vit avec tout ça, ça fait partie de nous, mais profondément, on ne sait plus ce que cela veut dire vraiment. » Parole de trentenaire.

1 0

Dans: Histoire du Québec

IMG_1143.JPG

À partir du blogue Les petites manies :

Même si je suis born and raised à Montréal, je continue de découvrir ma ville chaque jour. Cette année, j’essaie d’être touriste dans ma propre ville : je réalise que ma connaissance de son histoire, c’est genre mon cours d’histoire du Québec en secondaire 4 (non, j’ai pas fait la réforme guys). Pendant les vacances, donc, ma résolution est de me balader dans ma ville comme Olivier et essayer les musées qui sont sur ma to do list depuis longtemps ! Voici mes trois suggestions.

Pour en savoir plus au sujet de l’impact apparent du cours d’histoire nationale dans la structuration d’une mémoire historique collective chez les jeunes Québécois.

0 0

Dans: Histoire du Québec

Trouvé sur le blogue ABRIS DE PARLURE | DANNY PLOURDE.

“Et puis mon directeur de thèse, pour une deuxième année de suite, m’a donné du boulot d’enseignant auxiliaire pour un cours d’introduction au Québec au bacc à l’UdeM. Résultat ? J’en ai mal au coeur de la putain de Révolution tranquille qui dans ma tête ne veut stricte plus rien dire d’autre qu’une vieille nostalgie malsaine. Je suis écoeuré d’entendre le récit historique officiel dépourvu de conflit du Québec, car il n’y a là que des ritournelles de défaites sous-entendues, des abandons glorieux, des occasions manquées satisfaisantes, des merditudes ordinaires qui me font vomir par en dedans. J’ai l’impression que l’histoire du Québec est une longue succession de mornifles existentielles pis que tout le peuple, dans un chauvinisme de brocante, se gargarise de seulement quelques décennies de bravoure où on a nationalisé l’électricité pis crissé l’Église catholique dans le parking de nos institutions… Comme si le boutte du boutte s’arrêtait là.”

1 0

Dans: Histoire du Québec

Sans faire d'histoire

Trois ouvrages portant sur l’histoire du Québec sont parues récemment. Dans l’introduction de ces ouvrages, on trouve différentes réponses à la question “Que savent les Québécois à propos de l’histoire”.

L’Histoire du Québec en 30 secondes

L’histoire du Québec fait régulièrement l’actualité. Les politiciens aiment bien appeler les héros d’hier à la rescousse de leurs projets actuels. Pensons seulement à René Lévesque et aux questions de l’indépendance ou de la langue française. L’histoire fait l’objet de débats passionnés dans lesquels on condamne volontiers l’ignorance des Québécois à son égard. Pourant, le public apprécie les représentations historiques. La popularité du film 15 février 1839 présentant l’histoire des Patriotes ou celle de la rétrospective Le moulin à images à Québec en témoignent. Si l’histoire à la cote, c’est peut-être parce qu’elle permet de mieux comprendre le présent et d’en éclairer les enjeux.

L’Histoire du Québec pour les Nuls
“Je me souviens”… Telle est bien la devise nationale du Québec. Malheureusement, trop de Québécois semblent croire que leur passé se résume à une désespérante “Grande noirceur”, sans grand intérêt pour le présent et pour l’avenir. Grave erreur… Pleine de rebondissements et de personnages plus grands que nature, l’histoire du Québec est riche, fascinante et souvent inspirante.
L'Histoire du Québec pour les Nuls

L’Histoire du Québec pour les Nuls

Sans faire d’histoire

On connaît l’histoire – avec un grand H – du Québec contemporain. Maintenant, découvrons celle qui est juste derrière, celle qu’on connaît moins, qui surprend, qui vous fera rire et réfléchir. Saviez-vous qu’Elizabeth Taylor a contribué à l’implantation du mariage civil au Québec? Qu’une femme de chambre a aidé à démasquer un véritable espion allemand en Gaspésie? Que la Pologne a accusé le Québec de vol de biens culturels devant l’ONU?

Sans faire d'histoire

Sans faire d’histoire

0 0

Dans: Histoire du Québec

Logo du Journal de Montréal

Le Journal de Montréal fête son cinquantième anniversaire. Pour l’occasion, Léger marketing a invité 1002 Québécois à choisir les personnalités artistiques, politiques et sportives les plus marquantes des 50 dernières années.

Voici les infographies publiées dans le Journal , qui n’ont pas encore été réunies sur une même page web.

Personnalités Journal de Montréal sondage.JPG

Les personnalités les plus marquantes des 50 dernières années au Québec

Personnalités politiques sondage Journal de Montréal.JPG

Les 10 personnalités politiques les plus marquantes depuis 1964

Personnalités sportives sondage Journal de Montréal.JPG

10 personnalités sportives marquantes de l’histoire récente du Québec

  • Top 10 personnalités artistiques et télévisuelles
  • Sondage Journal de Montréal personnalités artistiques.JPG

    Les 10 personnalités artistiques et télévisuelles les plus marquantes des 50 dernières années

    L'inventaire des événements historiques cités permet de voir émerger les grandes lignes du récit accrédité de l'expérience québécoise, celui qui insiste sur le parcours difficile d'un peuple s'installant et n'ayant de cesse de lutter, par la voie politique ou autrement, contre son excentration et pour sa libération (p. 185)"

    Plusieurs dates ne s’oublient pas.

    Un récent article du Soleil débutait ainsi: “1534, 1608, 1763, 1867… Certaines dates nous restent en tête après les cours d’histoire du Québec et du Canada.”

    Sur Twitter hier, on retrouvait la majorité de ces dates gravées non pas dans la mémoire, mais sur des avant-bras:

    Aussi, on retrouve aussi ces dates dans un récit caricatural de l’histoire du Québec produit au début du mois d’octobre:

    Ces exemples récents sont à mettre en perspective avec les résultats d’une enquête menée par Jocelyn Létourneau au Musée de la civilisation en 2004. Par voie de questionnaire, 484 visiteurs du Musée ont répondu à la question suivante : “Identifiez jusqu’à 10 événements qui, selon vous, ont marqué l’histoire du Québec depuis le début jusqu’à nos jours”. Les résultats de l’enquête se trouvent dans le livre Je me souviens? dont voici un extrait. Les résultats rapportés concernent des événements qui ont récolté plus de 10 mentions.

    L'inventaire des événements historiques cités permet de voir émerger les grandes lignes du récit accrédité de l'expérience québécoise, celui qui insiste sur le parcours difficile d'un peuple s'installant et n'ayant de cesse de lutter, par la voie politique ou autrement, contre son excentration et pour sa libération (p. 185)"

    Cliquez sur l’image pour l’agrandir // “L’inventaire des événements historiques cités permet de voir émerger les grandes lignes du récit accrédité de l’expérience québécoise, celui qui insiste sur le parcours difficile d’un peuple s’installant et n’ayant de cesse de lutter, par la voie politique ou autrement, contre son excentration et pour sa libération. (p. 185)”

    0 0

    Dans: Je me souviens

    Dans l’ouvrage Le Québec, les Québécois, Jocelyn Létourneau retrace l’histoire surprenante de l’aventure québécoise. Il comprend une liste des lectures supplémentaires que le Musée de la civilisation vient de rendre disponible.

    Cliquez sur l’image pour accéder à la liste.

    Liste de lectures sur l’histoire du Québec. Ressources pédagogiques – Musée de la civilisation

    0 0

    Dans: Histoire du Québec

    CONGRÈS DE L’AQEUS
Delta Trois-Rivières. LA PENSÉE CRITIQUE
en histoire et en géographie.
Du 15 au 17 octobre 2014.

    Le ministre Yves Bolduc a annoncé récemment qu’il poursuivrait la réforme du cours d’histoire du Québec au secondaire. Par l’entremise de l’AQEUS (l’Association québécoise pour l’enseignement en univers social) et de son congrès, on apprend que le ministère de l’Éducation sollicite l’avis des profs au sujet de cette réforme. Des représentants de ce ministère invitent les profs à donner leur avis sur la nouvelle réforme dans un atelier dont voici les coordonnés.

    Hotel Delta, Trois-Rivières.

    Vendredi 17 octobre 2014, 15 h 15 à 16 h 30

    705— Nouveau programme d’histoire de 3e et de 4e secondaire : État des travaux en cours

    Danielle Dumas, responsable par  intérim des  programmes du domaine de l’univers social, MELS, Sylvain Bilodeau et Marie-Hélène Chouinard, MELS (ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport)

    L’atelier consistera d’abord en une présentation des travaux en cours pour l’élaboration  du nouveau programme d’histoire de 3e et de 4e secondaire : orientations, structure chronologique, compétences, éléments de contenu pour la 3e secondaire.

    Par la suite, les participants seront invités à faire part de leurs commentaires sur le projet de programme.

    Pour lire le programme du congrès de l’AQEUS.

    Les représentants du MELS seront aussi du congrès de la Société des profs d’histoire du Québec. Jacques Beauchemin y présentera aussi son rapport Le sens de l’histoirequi guidera les orientations de la réforme.

    Deux ateliers : Présentation du rapport Sens de l’Histoire – Pour une réforme du programme d’histoire et éducation à la citoyenneté de 3e et de 4e secondaire / Nouveau programme d’histoire de 3e  et 4e secondaire : état des travaux en cours. Cliquez sur l'image pour lire le programme

    Deux ateliers : Présentation du rapport Sens de l’Histoire – Pour une réforme du programme d’histoire et éducation à la citoyenneté de 3e et de 4e secondaire / Nouveau programme d’histoire de 3e et 4e secondaire : état des travaux en cours. Cliquez sur l’image pour lire le programme

    0 0

    Dans: Enseignement de l'histoire du Québec

    Société Saint-Jean Baptiste / Je me souviens (source www.crccf.uottawa.ca)

    Avant-hier, dans le cadre du 200e anniversaire de la naissance de George-Étienne Cartier, le président de la Société Saint-Jean Baptiste a réclamé un meilleur enseignement de l’histoire. Sa justification:

    Monsieur Laporte plaide pour un meilleur enseignement de l’histoire nationale au secondaire, au cégep et dans les universités, pour que les Québécois soient mieux outillés pour comprendre leur histoire et soient plus conscients que l’histoire qui a été enseignée pendant longtemps est en bonne partie fondée sur des « mystifications ». « C’est l’histoire du vainqueur, pour ainsi dire. Or, on n’a pas le choix de rétablir les faits. »

    À la lumière de ce propos, comment se fait-il qu’une majorité de jeunes soient loin de raconter l’histoire du “vainqueur” après avoir suivi leur cours d’histoire du Québec au secondaire? Cette majorité de jeunes raconte plutôt le récit dramatique de l’histoire du Québec, comme le rapporte l’ouvrage Je me souviens?

    En conclusion du livre Je me souviens?, Jocelyn Létourneau explore la relation entre l’enseignement de l’histoire et l’interprétation donnée par les jeunes Québécois à l’histoire du Québec.

    L’importance de l’école se révèle notamment dans les phrases par genre de vision du passé selon qu’un élève est inscrit en 4e ou en 5e secondaire. À cet égard, il semble que la classe d’histoire ait beaucoup à voir avec l’essor des visions malheureuses ou victimales du destin québécois chez les jeunes. [Exemple d’un résumé d’histoire classé comme étant “malheureux” : Le Québec s’est toujours et se fait encore dominer par une autre puissance]. L’analyse du groupe des “non-réformés [pré-2007]” est d’ailleurs révélatrice à ce sujet. Après avoir suivi le cours d’histoire nationale en 4e secondaire, on note en effet, chez les “francophones” comme chez les “anglophones”, une augmentation significative du nombre de formules exprimant une représentation malheureuse ou victimale du passé québécois. Étant donnée la composition du corpus confectionné après la réforme d’histoire (2007), il n’est pas possible de parvenir à une conclusion aussi ferme dans le cas des élèves “réformés”. Cela dit, après avoir suivi le cours Histoire et éducation à la citoyenneté, qui fait office de cours d’histoire nationale et s’étend sur deux ans, la proportion de jeunes dont les représentations de l’expérience québécoise peuvent être rangées dans la catégorie des visions malheureuses ou douloureuses passe de 18,6% à 31,5% pour se stabiliser à 34% au cégep et à l’université. La variation n’est pas mineure. Elle est même majeure. Elle interpelle en tout cas le chercheur. (p. 222-223)

    Il n’est pas possible de lier directement l’enseignement de l’histoire du Québec et les représentations historiques que possède la jeunesse québécoise. Les jeunes construisent cette représentation à partir de leur cours d’histoire, mais aussi, par le curriculum réel : des films et des conversations en famille, par exemple. Néanmoins, il semble y avoir un certain “effet d’enseignement”, c’est-à-dire que suivre un cours d’histoire du Québec au secondaire augmente les chances qu’un jeune résume l’histoire québécoise par le biais du drame. Pour reprendre les mots du président de la société Saint-Jean Baptiste, ce récit dramatique n’est pas celui des “vainqueurs” mais comporte peut-être quelques “mystifications”.

    0 0

    Dans: Enseignement de l'histoire du Québec Je me souviens